COMMENT FAIRE VENIR LA PLUIE

 Le cercle des menteurs 1 - p. 36

 La sécheresse sévissait dans cette région de Turquie. Une délégation vint trouver Nasreddin Hodja et le supplia :

    -    Saurais-tu, ô Nasreddine, mettre fin à cette sécheresse ?

    -    Bien sûr, répondit Nasreddine. Apportez-moi une bassine d'eau.

On quêta de l'eau un peu partout et on finit par en accumuler assez pour en remplir une bassine qu'on apporta à Nasreddine.

 Nasreddine ôta sa robe et se mit à la laver.

    -    Comment ! s'écrièrent tous les assistants, nous avons rassemblé toute l'eau qui nous restait, et toi tu t'en sers pour laver ta robe !

    -    Ne vous inquiétez pas, répondit Nasreddine. Je sais ce que je fais.

 Sa robe soigneusement lavée, il dit :

    -    Il me faut maintenant une deuxième bassine d'eau.

Tous se récrièrent :

    -    Mais nous n'avons plus d'eau ! Et pour quoi faire ? Es-tu devenu fou ?

    -    Je sais ce que je fais, répondit Nasreddin. Apportez-moi une autre bassine d'eau, ou ce que je viens de faire n'aura servi à rien.

    -    On chercha partout, on pressa l'argile des puits, et on trouva de quoi remplir une deuxième bassine d'eau.

Nasreddine y trempa sa robe et la rinça à fond.

Les assistants, abasourdis, n'avaient plus la force de hurler.

Nasreddine leur demanda de l'aider à tordre sa robe pour bien l'égoutter.

Puis il l'apporta dans sa petite cour et la suspendit à un fil pour la mettre à sécher, disant :

    -    Apportez vite vos bassines vides pour les remplir d'eau !                                                               

Et bientôt de gros nuages noirs se formèrent, s'approchèrent, et la pluie se mit à tomber à grosses gouttes serrées.

    -    Voilà, dit tranquillement Nasreddin. C'est chaque fois pareil dès que j'étends mon linge ! 

 Ont-ils chanté sous la pluie, comme Gene Kelly ? L'histoire ne le dit pas.