A   P R O P O S   D E   C O N T E S

U N   P E U   D E   V O C A B U L A I R E

LITTERATURE : ensemble des œuvres écrites ou orales auxquelles on reconnaît une finalité

                               esthétique

HISTOIRE, RECIT : relation écrite ou orale de faits réels ou imaginaires. « L’histoire » désigne

                                    aussi la relation des faits, des évènements passés concernant la vie de

                                    l’humanité, d’un groupe humain, d’une personne

NARRATION : récit, exposé détaillé d’une suite de faits

ROMAN : récit écrit en prose, en général assez long, racontant une histoire

                 Nota : dans le roman ou la nouvelle*, lieux, personnages et évènements sont individualisés,

                            uniques. Ils peuvent être décrits longuement, non pour faire avancer l’action mais 

                            pour mieux rendre l’atmosphère dans laquelle se déroule l’action (voir : conte)

NOUVELLE : court récit écrit en prose et qui présente une intrigue simple et où n’interviennent que

                       peu de personnages. Depuis le 19° siècle, on lui donne souvent le nom de « conte » . Il

                       s’agit alors de ce que l’on appelle : « conte littéraire » (Ex. : contes de Maupassant)

CONTE : récit, souvent assez court, de faits, d’aventures imaginaires

                Nota : dans le conte, lieux, personnages et évènements sont des archétypes. Seuls sont

               donnés les faits susceptibles de faire avancer ou comprendre l’action (voir : roman)

CONTE D’AUTEUR : conte écrit et publié par un auteur nommément reconnu

CONTE TRADITIONNEL : conte transmis oralement depuis plusieurs générations, voire plusieurs

                                              siècles. On n’en connaît généralement pas le(s) auteur(s), ni depuis

                                              combien de temps il se raconte

CONTE POPULAIRE : conte raconté essentiellement dans les campagnes. Le conte populaire est 

                                      généralement un conte traditionnel. Mais il peut aussi avoir pour origine un

                                      conte écrit, conte d’auteur ou conte traditionnel recueilli* et écrit

CONTE ORAL RACONTE PAR UN AUTEUR : conte traditionnel mis en écrit par un écrivain avec

                                                                              plus ou moins de fidélité au récit de référence

CONTE ORAL REECRIT = TEXTE ADAPTE = CONTE D’APRES … : conte dont il existe déjà 

                                                                                                                     une version écrite connue

                                                                                                                     mais dont le langage et

                                                                                                                     parfois l’histoire, sont

                                                                                                                     arrangés et/ou modifiés 

TEXTE ORIGINAL : texte écrit fidèle au texte de référence, mais qui peut être incomplet

TEXTE INTEGRAL : texte écrit fidèle au texte de référence et complet

LES VERSIONS D’UN CONTE : les différentes manières de raconter une même histoire. Les

                                                      dissemblances sont généralement importantes (Ex. : Le petit

                                                      Chaperon Rouge finit mal dans la version de C. Perrault, bien

                                                     dans celle de J. & W. Grimm)                                                    

LES VARIANTES D’UN CONTE : de petites différences dans plusieurs versions d’un même conte.

                                                         Ni le sens du conte, ni sa trame n’en sont changés (Ex. : quand le

                                                         Petit Chaperon Rouge arrive chez sa grand-mère, la porte est

                                                         fermée dans la version de C. Perrault ; elle est restée ouverte dans

                                                         celle de J. & W. Grimm)

CONTE MERVEILLEUX : nom savant du conte de fées. Ce conte comporte l’intervention de

                                              moyens magiques et/ou d’êtres surnaturels. Le conte merveilleux finit

                                              toujours bien. Il se déroule dans le monde de « féerie », le monde

                                              fantastique des fées et autres êtres surnaturels                                          

CONTE FACETIEUX : conte comique

CONTE D’ANIMAUX : conte dont les héros (= personnages principaux) sont des animaux

RANDONNEE = CONTE DE RANDONNEES : conte à accumulation et à répétition (Ex. : Dans la

                                                                              ville de Paris il y a … -  Alouette [chanson]). C’est 

                                                                              un conte pour jouer à plusieurs

CONTE DE MENSONGES : récit comique où le conteur affirme des invraisemblances évidentes

                                                (Ex. : le manchot tire avec son fusil, le coq pond un œuf carré). C’est un

                                               conte pour jouer à plusieurs

CONTE MIMOLOGIQUE : conte dont les cris des animaux sont confondus avec des paroles

                                             phonétiquement ressemblantes par un personnage (Ex. : « coucou,

                                             coucou » pris pour : « tords-lui le cou » par un peureux)

CONTE ENIGME = CONTE DEVINETTE : petite histoire finissant par une énigme* ou une

                                                                       devinette* à laquelle l’auditoire doit répondre

CONTE ETIOLOGIQUE = CONTE D’ORIGINE : récit qui vise à expliquer par certains faits réels,

                                                                                imaginaires ou mythiques* l’origine d’un

                                                                                phénomène naturel (Ex. : les changements d’aspect

                                                                                de la lune)

CONTE REALISTE : récit qui prétend raconter un fait réel (Ex. : pour se débarrasser de ses puces, le

                                   renard saisirait de la mousse du bout de ses dents et se plongerait entièrement 

                                   dans l’eau où il abandonne la mousse dans laquelle les puces se sont réfugiées)

RECIT DE VIE : récit biographique dont la forme a été mise au point

CONTE D’ENSEIGNEMENT : récit qui vise à enseigner le ou les auditeur(s). Exemples :

    Le CONTE DE METIER : enseigne un tour de métier, un savoir-faire particulier et souvent secret

    Le CONTE D’AVERTISSEMENT : enseigne le risque lié à un comportement (Ex. : Le petit

                                                                garçon qui criait : Au loup !)

    L’EXEMPLUM : petite histoire utilisée comme enseignement par les prêtres à l’église (pluriel de

                                 un exemplum : des exempla)

    La PARABOLE : court récit allégorique (= métaphorique [Ex. : « La fleur de l’âge » pour : la

                                jeunesse]) chargé d’un enseignement moral ou religieux qui reste implicite (= non

                                exprimé et non expliqué)

    La FABLE : court récit allégorique en vers ou en prose qui contient une moralité généralement

                        terre à terre

    Le CONTE DE SAGESSE : petit récit qui vise à enseigner la sagesse (= idéal supérieur de vie

                                                 proposé par une doctrine morale ou philosophique)

    Le CONTE INITIATIQUE : récit qui vise à initier à un culte secret ou à une société secrète

CONTE SCATOLOGIQUE
CONTE EROTIQUE

CONTE MUSICAL (Ex. : Pierre et le loup)

CONTE A DOIGTS OU A GESTES : court récit, généralement pour petits, comportant des gestes de

                                                            doigts, mains ou toutes autres parties du corps

CONTE A OBJETS : récit comportant la manipulation d’un ou plusieurs objets (ficelle, papier plié,

                                  pantin, dessin, etc.)

LEGENDE : récit à caractère merveilleux où les faits historiques sont transformés par l’imagination

                     populaire ou par l’invention poétique. Quand faits et personnages sont liés à l’histoire

                     religieuse, on parle de : « légende dorée »

CONTE FANTASTIQUE : conte, le plus souvent d’auteur, décrivant l’irruption du surnaturel et de

                                            l’irrationnel dans la réalité quotidienne

EPOPEE : récit poétique en vers ou en prose qui narre une suite d’actions légendaires,

                  extraordinaires et/ou héroïques. Souvent ce récit raconte soit une genèse mythique du

                  monde, soit les évènements légendaires qui ont conduits à la fondation d’un nouvel ordre

                  politique (Ex. : installation d’un nouveau peuple se reconnaissant comme tel) ou religieux.

                  Dans ces cas-là, on parle de « récit fondateur »

MYTHE : récit populaire ou littéraire mettant en scène des êtres surhumains et des actions

                remarquables. S’y expriment souvent, sous le couvert de la légende*, les principes et les

                 valeurs d’une société, et, plus généralement, y transparaît la structure de l’esprit humain

MYTHOLOGIE : ensemble des mythes* et des légendes* propres à un peuple, à une civilisation, à

                              une région. Ce terme est le plus souvent utilisé à propos d’une civilisation et d’une

                              religion disparues.

RECIT RELIGIEUX : relation écrite ou orale de faits ayant traits à l’histoire d’une religion. On dit

                                     aussi : « histoire sainte », « histoire sacrée »

GRAND RECIT : long récit en vers ou en prose, écrit ou oral, dont l’audition ou la lecture prend

                             plusieurs heures (Ex. : L’Odyssée)

CYCLE : ensemble d’œuvres (romans, poèmes, etc.) groupées autour d’un seul fait, d’un héros unique

                (Ex. : Le cycle du roi Arthur [et de l’enchanteur Merlin])

COMPTINE : chanson que chantent les enfants pour désigner, en comptant les syllabes, celui qui

                        devra sortir du jeu, courir après les autres, etc. Par extension, désigne aussi,

                        improprement, toutes les chansons-jeux avec gestes sur le visage, les doigts ou le corps

                       d’un bébé par un adulte. Pour ces chansons-jeux, M.C. Bruley a inventé le mot :

                       « enfantines ».

                       Certaines comptines et « enfantines » racontent une petite histoire, d’autres non

FOLKLORE ORAL : littérature orale des sociétés sans écriture ou paysanne. Le folklore oral ne

                                  comporte pas que des « récits » et des « comptines ». En font aussi partie :

    Les CHANSONS

    Les POESIES POPULAIRES

    Les JEUX PARLES ou CHANTES (rondes, jeux de balle, corde, etc.)

    Les VIRELANGUES : phrases difficiles à prononcer (Ex. : les chaussettes de l’archiduchesse)

    Les VIREOREILLES : phrases difficiles à comprendre (Ex. : Pie a nid haut, caille a nid bas). Ce

                                        mot est de création récente et ne figure pas au dictionnaire 

    les FORMULES et FORMULETTES (Ex. : Qui va à la chasse perd sa place – formules de début

                                                                   et de fin de conte ou de séance de conte)

    les PROVERBES et DICTONS (= sentence populaire qui est passée en proverbe)

    les MAXIMES et SENTENCES : courtes formules énonçant une règle de morale ou de conduite,

                                                            ou une réflexion d’ordre général

    Les DEVINETTES, ENIGMES (devinettes plus élaborées) et PROBLEMES (devinettes qui

                                                                                        font appel à un raisonnement mathématique)

CONTERIE : mot inventé par quelques conteurs modernes pour désigner une séance de contes

TISSAGE DE CONTES : manière de relier les contes entre eux lors d’une séance de contes de

                                          manière donner l’impression d’une même et longue histoire à

                                          rebondissements ou/et à épisodes. Le tissage de contes le plus simple

                                          consiste à les enchaîner. On peut aussi emboîter un 2°conte dans un 1°.

                                          Quand le 2° est fini, on reprend le 1° là où on l’a arrêté. C’est la technique

                                          des « contes à tiroirs ». Le 1° conte est dit : « conte-boîte ».

                                          Mais on peut aussi faire se succéder les contes sans les relier entre eux

COLLECTAGE DE CONTES : recueil de contes populaires* soit en les écoutant et en les

                                                  retranscrivant ensuite (manière ancienne), soit en les enregistrant et, en

                                                  général, en les transcrivant par écrit. On parle alors de : « conte

                                                  collecté » ou de « conte recueilli »

----------------------------------------

QUELQUES FORMULES DE DEBUT ET DE FIN DE CONTE OU « CONTERIE »

DEBUT : Il y a longtemps, très longtemps, si longtemps que j’ai oublié quand

                Au temps où le temps était dans le temps

                Au temps où les poules avaient des dents et où les chiens n’en avaient pas

                Au temps où les bêtes parlaient et où moi je ne savais pas

                L’autre jour j’ai trouvé une noix. Je l’ai secoué. Elle murmurait. Je l’ai ouverte. Il en est

                                             sorti une histoire. Et comme je suis bonne fille, je vais vous la raconter

                Quand la bouche est ouverte, les oreilles sont fermées. Quand les oreilles sont ouvertes, la

                                                                      bouche est fermée. Et la mienne peut s’ouvrir pour conter

                (conteur)Et cric! (auditoire)Et crac! [ter] La clé des contes est ouverte

                      ‘’           ‘’           ‘’            ‘’             Le conte sort du sac

                Que mon conte soit beau et se déroule comme un fil

FIN : Et cric! Et crac ! Mon conte est terminé

         Et cric ! Et crac ! Le conte est dans le sac

         Et cric ! Et crac ! La clé des contes est refermée

         F,I, fi,  N,I, ni ! Mon  petit conte est fini!

         Mon conte a coulé comme un ruisseau. Je l’ai conté à des seigneurs

         Mon conte a traversé le pont, il est passé par un pré, il a couru dans la forêt,

                           mais si vous cherchez bien, vous le retrouverez … peut-être !