M A R I O C H K A   P O U R   L E S   P E T I T S

                                                                                  Création à partir de 4 poupées gigognes

  Ce matin-là, Papa s’est levé très tôt pour aller au marché. C’est à la ville. C’est loin.

-         Grand-Mère, dit Papa, je dois partir au marché. Surveille bien cette coquine de petite

Mariochka dès son réveil.

         (montrer la poupée russe « grand-mère », les trois autres restant cachées à l’intérieur)

  Et Papa part au marché.

-         Je ne peux pas, dit Grand-Mère. Je dois aller ramasser les haricots. La Maman, surveille

cette polissonne de Mariochka dès son réveil.

         (sortir la poupée Maman de la poupée Grand-Mère que l’on reconstitue et garde

                                dans la même main)

  Et Grand-Mère part ramasser les haricots.

         (poser à l’écart et en évidence Grand-Mère et passer Maman dans la main ainsi libérée)

-         Je ne peux pas, dit Maman. Je dois aller chercher les œufs. Anna, surveille bien ta petite

sœur, cette friponne de Mariochka, dès son réveil.

         (sortir Anna de Maman que l’on reconstitue et garde dans la même main)

  Et Maman part chercher les œufs.

         (poser Maman à un autre endroit que Grand-mère, mais toujours bien en évidence,

                        et passer Anna dans la main ainsi libérée)

-         Je ne peux pas, dit Anna. Je dois aller cueillir les fraises.

  Mais Anna est seule. Elle ne peut demander à personne de surveiller Mariochka dès son réveil. Elle regarde dans la chambre. Mariochka dort profondément, enfouie, bien cachée, sous les couvertures.

         (amener Anna sur l’épaule opposée à la main qui la tient et la faire regarder « dans la chambre » par-dessus

                                                                                                                                                                   son épaule)

-         J’ai bien le temps, se dit Anna.

  Et elle part cueillir les fraises.

         (faire promener Anna devant soi et lui faire « ramasser des fraises »)

  Quand elle revient, elle regarde sous les couvertures. Il n’y a plus qu’un gros coussin.

         (faire revenir Anna et l’amener sur l’épaule opposée pour regarder « dans la chambre »)

Mariochka n’est plus dans son lit, ni dans la maison, ni dans le jardin, ni nulle part. Anna se met à courir en criant :

         (changer Anna de main et l’amener près de Maman)

-         Maman ! Maman ! Mariochka a disparue. Papa va me gronder . Je me cache sous ton

        jupon.

  Et voici Anna sous le jupon de Maman.

         (remettre Anna dans Maman que l’on saisit de sa main libre et que l’on reconstitue)

  Maman court et crie :

         (changer Maman de main et l’amener près de Grand-Mère)

-         Grand-Mère ! Grand-Mère ! Mariochka a disparu ! Le Papa va me disputer. Je me cache sous ta jupe.

  Et voici Maman sous la jupe de Grand-Mère.

         (remettre Maman dans Grand-Mère que l’on saisit de sa main libre et que l’on reconstitue)

  Grand-Mère ne court pas. Elle ne crie pas. Elle prépare le repas. Elle attend.

  Papa revient. Il dit :

-         Grand-Mère, où est Mariochka ?

         (poser Grand-Mère à un endroit visible, plat et long)

-         J’ai dit à la Maman de la surveiller, répond Grand-Mère.

         (sortir Maman de Grand-Mère que l’on reconstitue et remet en place)

-         La Maman, où est Mariochka ?

         (poser Maman à côté de Grand-Mère)

-         J’ai dit à Anna de la surveiller, répond Maman.

         (sortir Anna de Maman que l’on reconstitue et remet en place)

-         Anna, où est Mariochka ?

         (poser Anna à côté de Maman)

-         Papa, je croyais que c’était elle qui dormait, enfouie, bien cachée, sous les couvertures. Mais ce n’était qu’un coussin. Et Mariochka, je ne sais pas où elle est passée.

-         Oh ! la coquine, la polissonne, la friponne ! dit Papa. Elle s’est cachée. Mais je sais comment la faire revenir.

  Et Papa dit de sa grande, grosse, voix :

-         Mariochka ! Si tu ne te montres pas tout de suite, tu n’auras pas une miette du gros gâteau à la crème et au chocolat que j’ai rapporté de la ville.

-         Mais je suis là, Papa.

         (sortir Mariochka d’Anna que l’on reconstitue remet et place)

        J’ai toujours été là, dit Mariochka. Dans les plis de la robe de ma sœur Anna.

         (poser Mariochka à côté d’Anna)

  Et on a mangé les haricots, les œufs, les fraises, le gros gâteau à la crème et au chocolat, puis tout le monde est allé se coucher, les petits en premier, comme c’est normal.

D’abord Mariochka.

         (remettre Mariochka dans Anna que l’on reconstitue)

Après Anna.

         (remettre Anna dans Maman que l’on reconstitue)

Ensuite Maman avec Papa.

         (remettre Maman dans Grand-Mère que l’on reconstitue)

Enfin Grand-Mère. Car elle dormait peu, comme beaucoup de vieilles personnes.

         (remettre Grand-Mère dans le sac d’où on l’a tirée)

Les voilà tous au lit. Chut ! Plus de bruit !

         (remettre le sac à sa place)

Publié dans "Conter pour les petits - La Trame" (épuisé) en 2002 chez Edisud