Le blog d'Hélène Loup

29 mars 2020

PETIT POËME DEVINETTE - Contes pour Monique et Pierre - N° 127

PETIT POËME DEVINETTE

 Il peut acheter un lit mais pas le sommeil

 Il peut acheter une horloge mais pas le temps

 Il peut acheter un livre mais pas la connaissance

 Il peut acheter une position mais pas le respect

 Il peut payer le médecin mais pas la santé

 Il peut acheter du sang mais pas la vie

 Il peut acheter du sexe mais pas l'amour.

 

REPONSE : l'argent

 

Le changeur et sa femme

Marinus Van Reymerswaele

Peintre néerlandais des XVème-XVIème siècles

Posté par helene-loup à 15:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]


28 mars 2020

DEVINETTE DES 2 X 13 SOEURS - Contes pour Monique et Pierre - N° 126

DEVINETTE DES DEUX FOIS TREIZE SOEURS

 Cercle des menteurs 2

 Nous sommes deux fois treize soeurs

 Toutes de semblables humeurs

 Mais différentes de visage

 Nous parlons toutes à la fois

 Et sans avoir besoin de voix

 L'on sait ce que nous voulons dire.

 REPONSE

 Les vingt-six lettres de l'alphabet.

 

A bien y regarder, il manque des soeurs dans cet alphabet humain. Combien ? Et lesquelles ?

Posté par helene-loup à 09:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 mars 2020

L'AMOUR DE LA RIVIERE - Contes pour Monique et Pierre - N° 125

L'AMOUR DE LA RIVIERE

d'après Oscar Wilde

 Lorsque Narcisse mourut toutes les fleurs du bord de l'eau se désolèrent et demandèrent à la rivière quelques gouttes d'eau pour pleurer. 

    • Ah ! dit la rivière, si toutes mes gouttes d'eau étaient des larmes, je n'en n'aurais pas suffisamment pour pleurer la mort de Narcisse. Car je l'aimais.

    • Comment ne pas l'aimer ? dirent alors les fleurs. Il était si beau. 

    • Il était beau ? demanda la rivière.

    • Et qui pourrait le savoir mieux que toi ? lui dirent les fleurs. Chaque jour il se penchait au-dessus de la rive et contemplait sa beauté dans tes eaux. 

    • Mais ce n'est pas pour ça que je l'aimais, dit la rivière.

    • Et pourquoi donc ? 

    • Parce que, quand il se penchait, je pouvais voir la beauté de mes eaux dans ses yeux.

 

 

NOTE :

Selfie : Nom masculinanglicisme -

Autoportrait numérique, généralement pris avec un smartphone et publié sur Internet dans les réseaux sociaux

 

Posté par helene-loup à 09:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 mars 2020

L'INTELLIGENCE NE SE MESURE PAS - Contes pour Monique et Pierre - N° 124

L'INTELLIGENCE NE SE MESURE PAS

 Cercle des menteurs - p. 313

 Nasreddin bavardait avec plusieurs amis. La conversation tomba sur un homme instruit, mais prétentieux et pontifiant, que Nasreddin n'aimait pas. 

    • Pourquoi ne l'aimes-tu pas ? lui demanda quelqu'un. 

    • Parce qu'il est idiot. Voilà pourquoi je ne l'aime pas. 

    • Idiot ? Mais comment peux-tu dire ça ? Un homme qui parle sept langues ! 

    • Oui, dit Nasreddin, mais il est idiot dans chacune d'elles.

 

 NOTE : Aujourd'hui, on utilise couramment un mot plus court que "idiot" ! Mais Nasreddin était bien élevé et se servait d'un langage châtié.

L'intelligence ne se mesure pas

 

Posté par helene-loup à 08:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 mars 2020

DEVINETTE DE VOLTAIRE - Contes pour Monique et Pierre - N° 123

DEVINETTE DE VOLTAIRE

 Cercle des menteurs 2 - p. 328

 Cinq voyelles, une consonne

 En français composent mon nom

 Et je porte sur ma personne

 De quoi l'écrire sans crayon

 Qui suis-je ?

 

REPONSE :

 L'oiseau

 

Posté par helene-loup à 11:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]


24 mars 2020

LE PIGEON VOYAGEUR - Contes pour Monique et Pierre - N° 122

LE PIGEON VOYAGEUR

 La bible de l'humour juif 1 - p. 310

 Dans un club de milliardaires deux récents amis bavardent. 

    • Vous êtes extrêmement riche, n'est-ce pas. Quel est le secret de votre réussite ? 

    • Je me suis spécialisé dans le commerce des pigeons voyageurs. 

    • Ah oui ? Et combien en avez-vous vendu ? 

    • Un seul, mais il est toujours revenu.

 

 

 A vos ordres, patron !

Posté par helene-loup à 11:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 mars 2020

LA LECON DE CALCUL - Contes pour Monique et Pierre - N° 121

LA LEÇON DE CALCUL

 Absurdités et Paradoxes de Nasreddin - p. 155)

     Le maître a beau lui répéter les règles les plus élémentaies de calcul, ça ne rentre pas. 

    • Prenons une opération très simple, mon enfant. Deux plus deux égale...?

    • Je ne sais pas, maître. 

    • Encore plus simple, alors : tu poses deux et tu retires deux. Que reste-t-il ?

    • Je ne sais pas, maître. 

    • C'est pourtant très simple : suppose qu'en venant à l'école tu aies deux billes dans ta poche...

    • Oui, maître. 

    • Sans que tu t'en aperçoives, elles tombent par terre toutes les deux. Que constates-tu quand tu fouilles ta poche ?

    • Qu'il y a un trou dedans, maître.

 

Posté par helene-loup à 12:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 mars 2020

LE PANTALON DE GASTON - Contes pour Monique et Pierre - N° 120

LE PANTALON DE GASTON

 Conte reçu par la parole directe

              °  Ma femme, dit un soir Gaston à son épouse, ce pantalon tout neuf est très bien, mais il est trop 

               long. Peux-tu me le raccourcir ?

    • Je n'ai pas le temps, réponds la femme. Je dois écosser les haricots pour le cassoulet de demain. Demande à ta mère.

Gaston va voir sa mère :

    • Ma mère, peux-tu me raccourcir mon pantalon qui est trop long ?

    • Je n'ai pas le temps, réponds la mère. Je dois plier et ranger tout le linge. Demande à ta grand-mère.

Gaston va voir sa grand-mère :

    • Grand-mère, peux-tu me raccourcir mon pantalon qui est trop long ?

    • Je n'ai pas le temps, réponds la grand-mère. Je dois finir mon tricot pour demain. Demande à ta fille.

Gaston va voir sa fille :

    • Ma fille, peux-tu me raccourcir mon pantalon qui est trop long ?

    • Je n'ai pas le temps, réponds la fille. Je fais la vaisselle. Demande à ta tante.

Gaston va voir sa tante :

    • Ma tante, peux-tu me raccourcir mon pantalon qui est trop long ?

    • Je n'ai pas le temps, réponds la tante. Je fais le gâteau pour demain. Demande à la servante.

Gaston va voir la servante :

    • Servante, peux-tu me raccourcir mon pantalon qui est trop long ?

    • Je n'ai pas le temps, réponds la servante. Je prépare la salle pour demain, pour votre anniversaire.

 

Gaston soupire et va se coucher.

Mais quand la salle est prête, la servante, prise d'un remords, raccourcit son pantalon.

Le gâteau prêt, la tante racourcit le pantalon.

La vaiselle faite, la fille raccourcit le pantalon.

Le tricot achevé, la grand-mère raccourcit le pantalon.

Le linge rangé, la mère raccourcit le pantalon.

Les haricots écossés, la femme raccourcit le pantalon.

 

C'est ainsi que Gaston a fêté son anniversaire en short !

 

L'histoire ne dit pas quelle était la date d'anniversaire de Gaston !

 

 

 

Posté par helene-loup à 11:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 mars 2020

VOCATION MENUISIER - Contes pour Monique et Pierre - N° 119

VOCATION MENUISIER ?

 Absurdités et paradoxes de Nasreddin - p. 153

     Un homme exerçait la profession de menuisier. Son jeune fils aimait venir à l'atelier le regarder travailler, et le père en avait conclu avec satisfaction que son fils avait trouvé sa vocation : être menuisier comme lui.

     Un jour qu'il était en train de planter des clous dans une planche, opération que le petit suivait avec beaucoup d'attention, il lui demanda :

    • Alors, mon gars, tu regardes comment je m'y prends pour planter des clous ? 

    • Non, père, j'attends seulement de voir ce que tu diras quand tu te taperas sur les doigts.

  

Vocation menuisier

  

Posté par helene-loup à 09:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 mars 2020

DE L'UTILITE D'UNE BOUGIE - Contes pour Monique et Pierre - N° 118

DE L'UTILITE D'UNE BOUGIE

 Absurdités et paradoxes de Nasreddin - p. 132

 L'hiver est particulièrement rigoureux cette année, et Nasreddin a parié un mouton avec ses voisins qu'il est capable qu'il est capable de passer toute la nuit sur la place du village, sans aucun moyen de se chauffer.

 Nasreddin tient héroïquement son pari, mais le lendemain matin les voisins, qui l'ont observé bien au chaud derrière leurs fenêtres, contestent son exploit.

    • Tu as triché, Nasreddin !

    • Comment cela ? Regardez, je suis presque mort de froid !

    • Tu as triché, on t'a vu ! Tu n'as pas arrêté de fixer des yeux la bougie que Youssouf avait allumé chez lui, et c'est cela qui t'as tenu chaud. Tu nous dois le ragoût de mouton que tu nous as promis.

 

Bon perdant, Nasreddin invite tout le monde pour le lendemain. Mais lorsque les convives entrent dans sa cour, ils découvrent une scène étrange : une énorme marmite est accrochée à un trépied et dessous, par terre, il n'y a qu'une bougie allumée en guise de feu.

              °  Qu'est-ce que c'est que ça ? demandent-ils.

    • Le ragoût, et ce sera bientôt prêt, répond Nasreddin. Je me suis dit que si la simple lueur d'une bougie pouvait réchauffer un homme toute la nuit, à plus forte raison sa flamme pourrait cuire un mouton tout entier.

  

Posté par helene-loup à 10:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]